samedi 4 juillet 2009

Excalibur


On m'a plusieurs fois fait la remarque suivante : vos hommes préhistoriques causent et se comportent comme des gentilshommes du moyen âge; ou encore : vos récits de quête sont semblables à des récits de chevalerie transposés au paléolithique. Rien de tout cela n'est tout à fait faux, et je vais vous dire pourquoi :

Il y a des âges, comme ça, où le cerveau est très impressionnable. A 10 ans, j'ai vu coup sur coup (ou en tous cas c'est ainsi que je m'en souviens) deux films qui ont marqué très profondément mon imaginaire et dont les fortes images et thématiques se sont amalgamées dans les replis de mon subconscient : La Guerre du Feu (de JJ. Annaud) et Excalibur (de J. Boorman). Films vus avec mes parents dans les mêmes conditions, au même cinéma du forum des halles que l'on atteignait en passant devant la grande fresque de Moretti sur l'évolution. Ne cherchez pas plus loin les raisons du fait que je mélange geste arthurienne et quête préhistorique : tout est là.
Bien sûr, j'en ai vu d'autres, des films, en 81. Mais ces deux là sont à mon avis des chefs-d'oeuvre d'une force hors du commun. Tous deux sont des oeuvres authentiques de re-création par un réalisateur (et leur scénariste et directeur photos et acteurs etc..) d'ouvrages très connus de notre fond culturel, et tous deux prennent de grandes libertés avec les textes originaux : Bien que l'on retrouve nombre des péripéties du roman dans le film la Guerre du feu, Annaud remanie l'histoire en lui donnant un tour neuf et moderne, malgré d'affreuses approximations scientifiques. De même pour Excalibur, Boorman synthétise nombre d'éléments des récits originaux à sa manière et il s'en trouve encore sans doute pour vociférer que d'avoir mélangé les personnages de Viviane et Morgane en une seule femme est une hérésie. Aaarh... Pour autant, ces deux films possèdent un souffle épique, un lyrisme, une originalité qui les rendent époustouflants. Il y a aussi des acteurs inspirés : Nigel Terry en Arthur ou Everett McGill en Naoh... Pensez que presque toutes les scènes dans la Guerre du Feu ont été saisies avec une seule prise, à cause de la précarité des maquillage et de la rudesse des sites de tournage (les marécages glacés d'Écosse par exemple) !

Alors voilà : je sais bien que le film la Guerre du Feu a aussi fait beaucoup de tort à l'image des hommes du paléolithique. Annaud lui même, dans les commentaires de l'édition collector du film, s'emmêle un peu les bobines en appelant "néandertaliens" non pas les Oulhamr (les héros) mais les Wagaboos ! (les hommes-singes velus qui viennent voler le feu au début du film). C'est incroyable parce que justement, les maquillages de Naoh, Nam et Gaw sont superbes pour en faire des néandertaliens. Allez comprendre...Après, il y a des effets pervers : engager un excellent chorégraphe pour apprendre aux comédiens à aller chercher le singe primitif au fond de leurs tripes aurait pu être une bonne idée... pour raconter l'épopée d'australopithèques. Dans la Guerre du feu, la gestuelle des héros à juste trois millions d'années de retard. Et pourtant... alchimie sublime, mélange confus des époques et des ancêtres, la sauce prend avec une fraîcheur et une intensité qu'on ne peut que souhaiter pour l'adaptation de Ao. Et cette sauce a laissé dans ma mémoire un souvenir indélébile. Avec des accents, donc, de chevalerie arthurienne, de lueurs vertes scintillant sur les armures et les fougères, et de volutes de brume enchantée.

C'est pour ça que j'ai fait un bond quand des chercheurs espagnols ont remonté des tréfonds de la Sima de los Huesos un gros biface en quartzite rouge qu'ils ont dénommé "Excalibur". Je me suis dit alors que finalement, cette sauce où la science se mélange au merveilleux, où "l'homme sauvage" et le chevalier des récits médiévaux se fondent en une seule silhouette appelée ancêtre, création de notre imaginaire moderne sur l'humus de notre folklore, cette sauce avait manifestement bon goût pour beaucoup d'entre nous, y compris les scientifiques.

Je me souviens qu'il y a quelques mois, quand j'ai lu un article à propos de ce mystérieux biface "Excalibur", toute première offrande, peut-être, de notre histoire (en tous cas des heidelbergensis, les pré-neandertaliens), je me suis d'abord dit que j'étais fier d'être à 50% espagnol (forcément) et surtout, de nombreuses idées de récits ont bourgeonnées immédiatement dans mon esprit...

3 commentaires:

Tinky a dit…

Salut, Manu !
Mimi et moi avons vu ce très beau biface en vrai, au Musée de l'Homme, juste avant sa fermeture pour travaux au mois de mars... Il y avait aussi de superbes reconstructions et peintures des Kennis Brothers, et cette expo sur Atapuerca, organisée par la province espagnole de Castilla y Leon était franchement émouvante et très belle. Mimi et moi sommes restées un bon moment méditatives devant ce très beau biface, et avons trouvé que l'appeler "Excalibur" était plutôt original et bien trouvé. Très poétique, aussi. Je suis sûre que si on ramenait un Heidelbergensis ou un Antecessor de son lointain passé, il serait très sensible à cet hommage qu'on leur rendait à travers les millénaires en nommant cet objet emblématique ainsi. J'en parle d'ailleurs dans cet article. Bonne visite ! Pour avoir les images en grand, il suffit de faire un clic gauche dessus, comme pour tes propres illustrations. Régale-toi !
Et puis, c'est très chouette, que tes Néanderthaliens parlent de manière châtiée, non mais des fois !!! On fait bien parler des Romains et des Égyptiens anciens en français ou en anglais dans les péplums, pourquoi diantre s'obstiner à faire parler les préhistos dans des dialectes obscurs ? Je trouve ça prétentieux et un peu idiot. Ça m'a agacée dans la Guerre du Feu, alors que le bouquin est génial, tout comme les hiatus et invraisemblances scientifiques qui s'y trouvaient, et d'accord avec toi pour dire que Naoh, Nam et Gaw avaient des trombines à la Néanderthal pur mammouth !!! Par contre, les Wagaboos, bouh ! J'ai par contre trouvé les paysages superbes, et j'ai adoré aussi Excalibur, le film... Et le plus marrant, c'est que j'ai vu ces films moi aussi dans le même cinéma !!!
Décidément, nos routes se croisent et se ratent sans arrêt... Il n'y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas, paraît-il... Sauf lors des plissements géologiques !!! A la prochaine !
Tinky :-)

F.R. a dit…

ça,c'est de la belle ouvrage. artefact, est un mot tout à fait adapté à sa pureté/rudesse.
J'ai vu la nouvelle expo sur la naissance de l'art au parc de la prehistoire en Ariege. Et quel emotion de voir des originaux de matos en quartz; des beaux racloirs taillés dans une pierre translucide. Et j'ai de suite des pensées pour tes heros et comment un matériau original, une couleur ou une forme plus pure que les autres; et comment cette pureté a pu influer sur la vie des neandertal.
Le diamant ne peut révéler sa vrai magnificence que s'il est taillé par des mains expertes.
Ils atteignent aujourd'hui des prix impensable, et ornent les décolletés des plus grandes star du monde.
Ce qui est vrai aujourd'hui pour ces pierres trouve sa véritable essence au coeur territoires sauvages de l'ours des cavernes, au fond des vallons perdus. c'est du mithrill, des joyaux de finesse dans un monde brutal.
Sinon, j'ai encore vu "la guerre du feu" il y a deux jours, et sincèrement, plus je vois ce film, plus je l'apprécie. Certaines scènes sont absolument fantastiques et ce film a sans nul doute influer sur le fait que la préhistoire est aujourd'hui bien plus que monn métier...
Maisje pense aussi qu'une des choses qui me gène le plus, c'est le choregraphe qui a appris aux acteurs à bouger comme des singes.
Mais c'est une oeuvre artistique et il faut la prendre en temps que telle.
Je retiendrai la scène grandiose ou Naoh est temoin de ce qui dépasse sa propre imagination... sous ce petit porche il pert toute certitude en voyant un homme fabriquer du feu. La scène et fabuleuse et les acteurs n'ont besoin de parler, ce qui règle le problème du language.
Et puis les décors naturels, les scènes tournées en une prise, les vrais animaux... Et pas de buée numérique, les acteurs ont passé la journée dans une eau à et ils ont froid!! C'est du vrai!! Ils n'ont pas à faire semblant, c'est du vrai, et ça vaut tous les effets spéciaux, la postproduction et maquillages aussi reussi qu'ils soient.
allez
bon vent et bonne journée
Florent

Frédéric a dit…

Désolé emmanuel, mais autant je partage ton entousiasme sur "excalibur" autant la guerre du feu m'a profondémment déçu au regard de la richesse du livre. Je l'ai revu récemment en DVD, je dois avouer que le souffle épique et la force de certaines scènes comme la rencontre avec les mamouths où l'attaque de la grotte par les Wagabous, n'enlève rien au fait que le reste du film m'a semblé, vide et creux. je sais bien qu'au cinéma, on ne peut pas faire un copier/coller du livre, mais franchement il y a des limites. Mais il faut avouer que j'ai tellement adoré le livre que je voulais vraiment voir quelque chose de similaire sur grand écran :)))...