dimanche 30 août 2009

A tribute to Rahan

Si vous vivez sur la même planète que moi, alors vous n'êtes pas sans savoir que cette année, l'auguste Rahan fête ses quarante ans ! Quarante ans !!! Voilà qui méritait un chapeau bien bas et, pour le moins, une illustration réalisée tout spécialement en hommage au plus grand héros de la bande dessinée préhistorique.
Cela me donne l'occasion ici d'affirmer toute la sympathie que j'éprouve pour ce personnage hors du commun et toute l'admiration que je porte à ses auteurs. Comme pour bien d'autres enfants abonnés à Pif, Rahan a fait partie des héros de mes jeunes années. Cependant, je dois confier qu'il fait partie des rares survivants de cette époque dont je lise encore les aventures avec grand plaisir. Comme je me rends compte que le site web de Rahan ne figurait pas encore dans les liens amis, je l'y glisse de ce pas.

On m'a bien souvent posé la question de savoir quelle avait pu être l'influence du personnage de Rahan sur mon envie de faire des bandes dessinées préhistoriques. A vrai dire, j'ai du mal à en avoir le coeur net : bien que l'influence objective de ses aventures ne soit pas prépondérante dans ma façon d'envisager l'écriture ou la narration de récits préhistoriques (les différences très nettes entre mes bandes dessinées et celles des aventures de Rahan en témoignent), la lecture de Rahan, bien que moins fortement sans doute que celle de "La guerre du feu", a très vraisemblablement joué un rôle dans la fascination éprouvée pour ces "âges farouches". Fascination pour ce personnage humaniste et porteur de lumières que je qualifie volontiers de "Prométhée positiviste", fascination pour ces aventures in illo tempore, au temps de la préhistoire comme nouveau "temps du mythe", âge farouche / âge d'or des commencements (Je développerai certainement ce dernier point dans un prochain post). Tout ceci étant servi, bien entendu, par le dessin débordant de puissante vitalité d'André Chéret...

10 commentaires:

Mimi a dit…

Ah, Rahan ! Toute mon enfance ! On peut aussi se poser des questions sur l'influence qu'il a pu avoir sur ma modeste personne et l'intérêt que je porte aujourd'hui à la Préhistoire malgré les anachonismes et inexactitudes de cette BD, aujourd'hui flagrants.

Je me rappelle notamment l'épisode de sa fausse mort : un véritable traumatisme pour mon frère et moi, également pifophiles convaincus !

Superbe dessin, en tout cas !

Tinky a dit…

Wow !!!! Chapeau pour le cover du personnage mythique de Monsieur Chéret !!! Il a dû être ravi de voir ce que tu avais fait de son cher Rahan ! André Chéret était l'invité du dernier "Un monde de Bulles", sur LCI, et il parlait de son personnage avec beaucoup de passion et d'amour, tout comme toi des tiens ou Mimi et moi de nos propres délires, voire Marc Klapczinsky de son Aô ou de son dernier opus...
Ce qu'il disait même de Rahan était étonnant, il en rêve la nuit !!! Ca me rappelle un air connu, ça...
En tout cas bravo, c'est très chouette ! Au fait, c'est toi qui a commis le joli profil néanderthalien de la dédicace de l'article précédent, n'est-ce pas ? Elle est mimi, Pierrette !!!
Trop de bonheur, tiens !!!
Tinky :-)
PS : je vrais créer un renvoi de mon blog sur cet article du tien, à mon avis, tu vas avoir du monde, là...

Emmanuel a dit…

Salut les filles !
merci pour les compliments.
Aah, l'épisode de la fausse mort. personnellement, j'étais trop petiot je crois, mais André m'a raconté qu'à l'époque qu'il avait été violemment pris à parti par des parents désemparé : leurs enfants, au désespoir, refusaient de s'alimenter, ne dormaient plus la nuit... Arf! Il s'agissait d'un épisode sur les dangers des drogues. je ne sais pas du coup si le message était bien passé...

A propos des "anachronismes et inexactitudes", je ne crois pas qu'il soit tout à fait judicieux d'employer de tels termes pour le monde de la préhistoire que nous présentent les aventures de Rahan : il s'agit là avant tout de créer un univers de mythe bâti autour de la science préhistorique et en même temps, contre elle : c'est à dire qu'il s'agit d'une tentative (probablement inconsciente à mon avis) de redonner une dimension mythologique à une aube de l'humanité que la science avait, d'une certaine manière, dépouillé de tout merveilleux.

Tinky a dit…

Cher Manu,
Honnêtement, je crois que ce que la science a découvert des origines de l'humanité est quand même très extraordinaire, et les mystères que représentent tous ces hommes sans écriture qui nous ont précédés est encore bien présent et ouvre encore à l'imagination des terrains fertiles et infinis ! Je trouve que l'histoire ou plutôt la préhistoire de l'humanité a toute la puissance d'un mythe fondateur, quand on s'y intéresse d'un peu près ! Ce qu'on en découvre est de plus en plus fascinant chaque jour un peu plus, voir les découvertes liées au décryptage du génome de notre cher Néanderthal dont on a découvert qu'il était du groupe sanguin O, qu'il pouvait être blond ou roux, certainement blanc de peau et probablement clair d'yeux, mais pas avec des yeux bleus, qu'il était surtout un chasseur émérite et un carnivore et tout un tas de trucs de la même eau... ça suffit pour créer des êtres mythiques et tout à fait extraordinaires, ça, à mes yeux ! Sans compter que nos râblés veloutés de la couenne et aplatis du dessus étaient visiblement aussi futés que les grandes perches qui vivaient à l'orient et au midi de leurs territoires !!! Et ce qu'il y a de marrant avec le Rahan de Chéret, c'est qu'il a évolué au cours du temps... Au début, quand il était dessiné en noir et blanc, c'était un gars quand même bien primitif, poilu, et avec une bouille plus néanderthalienne que moderne ! D'ailleurs, dans l'émission de LCI, André Chéret reconnaît cela, et avoue qu'il aimait bien cette première mouture de son personnage, à laquelle ton propre dessin renvoie d'une magistrale façon. J'ai retrouvé, là, le Rahan de mon enfance !
Même si parfois il s'est colleté avec des dinosaures, cette espèce de Prométhée des âges farouches a durablement marqué l'imaginaire, car l'Ayla d'Auel, qu'est-elle, sinon un Rahan au féminin ?
Rahana, donc...
Encore merci en tout cas pour cette magistrale réalisation qui orne à présent le bureau de mon ordinateur de sa magnétique présence !
A bientôt !
Tinky :-)

Fran a dit…

Je ne dirais qu'une seule chose :

RAAAAAAHAAA ! ;-)

Emmanuel a dit…

@Tinky : Oui, je suis d'accord avec toi pour dire que l'histoire de la création de l'univers, de la vie et de l'homme telle que nous l'enseigne la science est passionnante en soi (Jens harder et son Alpha nous l'ont encore prouvé récemment) mais je persiste à penser que pour la majorité des gens, l'envie de condenser toute cette immensité temporelle étourdissante en un temps mythique où le temps n'a ni durée, ni importance est un phénomène inconscient assez profond. Peut-être fait-il écho aux "temps antédiluviens" encore présents dans notre imaginaire collectif, ce temps du rève qui mèle en vrac les volcans de la création de la terre et les dinosaures aux mammouths de l'ère glaciaire, les hommes singes et tigres aux dents de sabre aux cro-magnons de Lascaux...
Bref, ce n'est pas le cadre que j'ai choisi pour mes récits, beaucoup plus repérés dans le temps, mais je comprends de mieux en mieux pourquoi cela fonctionne.

@ Fran : RaaHAAA aussi !

amitiés à tous

Emmanuel a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
eric a dit…

Belle analyse Manu ! Je m'incline ! Et pourtant, je suis "un peu" tatillon sur le cadre archéologique de la Préhistoire !
Seule réserve : les albums récents de Rahan qui sont associés à un site archéologique. Je trouve dommage de tenir si peu compte de ce qu'on en connait... Mais bon, effectivement, ça n'empêche pas un franc succès !

Vincent a dit…

Bon sang, pour l'amateur Bd, totalement néophyte en paléontologie, je suis médusé de tant de lumières...
Je me bornerai à dire que vous lire est déjà un éclairage. Concernant RAHAN, bien que déjà "grand" lorsque sa "mort" fut annoncé, bien que n'ayant jamais été lecteur régulier de PIF (mais pour autant n'en dédaignant pas la lecture ô combien agréable) j'ai frémi en voyant les annonces de son décès...et je l'ai acheté...puis la semaine suivante. A dire vrai, je possède encore ces deux exemplaires de PIF.
Un grand moment.
Oui RAHAN a marqué. Outre le talent narratif de LECUREUX, André CHERET avait une longueur d'avance à la fin des années 60 sur l'ensemble des dessinateurs réalistes ( à l'exception, à mes yeux, de De la FUENTE et POÏVET). Il avait une dynamique de la gestuelle qui résonnait "comics". Le côté bondissant. Les cadrages ahurissants...Bref, CHERET s'était un Neal ADAMS français...J'étais fan.
Tes hommages (texte et dessin) sont bien touchants. Merci Emmanuel.

Frédéric a dit…

un petit reportage sur andré cheret (le père de Rahan)si ça vous interesse : http://culturebox.france3.fr/bd#/bd/13717/Andr%E9_Ch%E9ret_c%E9l%E8bre_quarante_ans_d%27aventures_de_Rahan