mercredi 19 mai 2010

Vo'hounâ et Cheval-Cabré


Pour célébrer la récente publication du résultat des travaux de Svante Pääbo et son équipe du Max-Planck Institute de Leipzig, je voulais vous présenter cette image d'archive, à savoir la toute première esquisse en couleur du couple Vo'hounâ et Cheval-cabré, une néandertalienne et un sapiens moderne dont la romance constitue la trame principale de ma première saga préhistorique en bandes dessinées. ça a été un peu long à venir parce que je ne parvenais pas à remettre la main sur l'original de cette aquarelle qui date tout de même d'il y a plus de 10 ans (10 ans !), mais finalement je l'ai retrouvée aujourd'hui, tout va bien.

Bon. Les connaisseurs de Vo'hounâ verront que l'aspect de la demoiselle a pas mal évolué entre cette première recherche couleur et la version définitive (une autre aquarelle datée de 2005 ici), notamment pour la couleur des cheveux. Pour le collier de crocs sur le front, j'ai préféré l'enlever ça pouvait être dangereux ! Au demeurant sur la couv elle l'a échangé contre un crâne d'ours complet, ce n'est pas beaucoup plus raisonnable... Mais bon, il y avait déjà les yeux de miel. Et il y avait surtout cette idée essentielle d'une rencontre et d'une histoire d'amour entre sapiens et néandertal.

C'est cette idée, en somme, que la découverte du Max-Planck Institute de Leipzig vient "créditer" scientifiquement. J'en suis très heureux. Je rappelle en deux mots que la récente analyse d'une grande partie de l'ADN nucléaire de Neandertal révèle que nous, humains modernes, lui devons une partie non négligeable de notre patrimoine génétique (1 à 4% - sauf les africains qui sont de purs sapiens !), fruit de metissages probablement pas nombreux mais avérés, ayant eu lieu vraisemblablement lors de la première phase de rencontre des sapiens (alors archaïques) et des néandertaliens, quelque part au moyen orient, il y a un peu moins de cent mille ans. De là à penser que d'autres de ces métissages ont pu avoir lieu lors de la deuxième phase de rencontre, en europe il y a 30 à 40 000 ans, il n'y a qu'un pas que je franchis avec plaisir en rêvant... Et en espérant que de nouvelles découvertes de nos éminents chercheurs viendront transformer ces rêves en réalité.

Pour ceux au fond de la classe qui n'auraient pas encore eu vent de cette découverte, quelques articles très clairs à consulter sur le site du Monde* et d'Hominidés.com. Et aussi, tout de même, le site de Science qui a publié les résultat des travaux, avec un dossier special sur la question.

*attention erreur : la première photo qui illustre l'article n'est pas celle d'un néandertalien mais d'un homo ergaster (l'adolescent du lac Turkana, reconstitué par E.Daynes).

8 commentaires:

Tinky a dit…

Très jolie aquarelle, bien qu'en brune, elle ait du chien aussi, Vo'hoiunâ ! Qyant à la couronne de crocs, on sait maintenant que les Néanderthaliens aussi pouvaient avoir des bijoux, chose qu'on commençait à peine à imaginer il y a dix ans...
Moi, cette histoire de mélange très chouette me ravit, et ça pourrait expliquer pourquoi certains Européens sont plus mastocs que d'autres ou présentent parfois des traits physiques rigolos...
Bises,
Tinky :-D

Tinky a dit…

Mais, au fait, comment de craquante brunette, Vo'hounâ est-elle devenue une non moins craquante rouquinette ?
Était-ce une question d'esthétique, ou bien jugeais-tu plus pratique de la distinguer de son compagnon par des couleurs plus différentes ?
En tout cas, en brune, ses yeux extraordinaires ressortaient encore davantage !
Bises !
Tinky :-D

Emmanuel a dit…

Hello Tinky,
A propos de la couleur de la chevelure de Vo'hounâ, le choix du roux s'est imposé de manière à la fois intuitive et rationnelle.

D'abord, intuitivement je l'ai senti davantage comme ça au fur et à mesure des recherches.

Ensuite, je voulais créer un lien entre elle et les ours des cavernes, que j'appelle ours rouges dans la saga, et donc j'ai choisi de reprendre la même teinte pour le pelage des ours rouges et la chevelure de Vo'hounâ.

Pour finir, il se trouve qu'en plus la chevelure rousse se voit bien à l'image, et donne tout de suite un caractère flamboyant au personnage. C'est pour ça , sans doute, qu'on trouve autant d'héroïnes de BD rousses.

L'un dans l'autre le choix a été assez rapide. Mais tu vois, sur la couv' originelle avec le ciel bleu, les cheveux de Vo'hounâ ne sont pas encore tout à fait roux. Plutôt auburn.

Anonyme a dit…

Bonjour,
La série Vohouna va-t-elle être rééditée (en particulier le tome1)?
Cordialement,
Jean-Marc

Emmanuel a dit…

Bonjour Jean-Marc,
J'y travaille !
J'espère pouvoir vous donner de bonnes nouvelles d'ici la rentrée.

Anonyme a dit…

J'attends donc la rentrée avec impatience! Pourvu que les efforts soient couronnés de succès!
Jean-Marc

Anonyme a dit…

Bonjour je viens de relire la série Vo'hounâ et je la considère comme une des meilleures de ma bédéthèque, le souffle épique et la complexité des personnages sont hors du commun, sans parler de l'originalité de la période traitée alliée au sérieux de la documentation scientifique.
Bref j'entretiens l'espoir de la parution d'une fin et ce dessin ne peut que le raviver.
tant de questions sans réponses, le prix de l'échange, les enfants, le point faible, l'aide de l'esprit du froid......
À l'aide.....
Christian

Emmanuel a dit…

Merci pour votre enthousiasme.
J'espère avoir de bonnes nouvelles pour vous rapidement !
Il se passe beaucoup de choses sur tous les fronts pour moi en ce moment mais tant que rien n'est finalisé, je préfère rester discret...
Amicalement