vendredi 9 septembre 2011

Des Grottes vues et à voir...


Un petit souvenir du festival Résonance au Parc de la préhistoire de Tarascon sur Ariège, cette dédicace réalisée pour Clémentine, qu'elle a eu la gentillesse de scanner et de m'envoyer. Clémentine travaille sur le magnifique site de Pech Merle, dans le Lot, une grotte ornée dans laquelle on trouve les superbes chevaux ponctués, auxquels cette dédicace fait référence en guise de clin d'œil. Pech Merle, je ne connais pas encore en vrai, mais je ne désespère pas de m'y rendre prochainement pour visiter cette grotte. (ICI, le site web dédié).

En attendant, un grand MERCI à Jacques Azéma, du Parc, grâce à qui j'ai eu la chance de faire la visite complète de la fabuleuse grotte de Niaux, en compagnie de charmantes animatrices du parc et de deux auteurs du collectif Rupestre! Plein de merveilleux souvenirs pour une visite qui nous aura pris quasiment toute la nuit.

A propos de visite de grotte, je me suis rendu la semaine dernière à une projection en 3D du film de Werner Herzog La Grotte des rêves perdus. Un excellent film que je vous recommande chaleureusement ! Une belle opportunité, en attendant l'ouverture du fac-similé d'ici quelques années, de découvrir l'incontournable grotte Chauvet, la grotte ornée la plus ancienne d'Europe (datée de l'aurignacien) et sans conteste l'une des plus belle. C'était la première fois que je voyais un film en 3D et pour le coup, j'ai trouvé que cet ajout technique apportait un réel bonus au film: en permettant de bien sentir la profondeur de la caverne et surtout en distinguant la manière dont les dessins se disposent sur le relief des parois (et en fonction de celui-ci). Très belle musique également pour accompagner le voyage, même si parfois un peu du silence des grottes n'aurait pas fait de mal.
Mention spéciale à l'intervention de Dominique Baffier, à la fois très savante et lyrique. Un des grands moments de ce documentaire à mon goût.

Dominique Baffier dont je tiens à saluer l'excellent chapitre sur le Châtelperronien* qui figure dans l'ouvrage collectif La France préhistorique, sous la direction de Jean Clottes (un ouvrage qu'il m'a dédicacé au parc de Tarascon, d'ailleurs). Je n'ai pas encore fini de lire tout le recueil, mais rien que pour ce chapitre, à mon avis, il vaut le coup.
Dominique Baffier est responsable de l'étude de la Grande Grotte d'Arcy sur Cure, qui possède un niveau châtelperronien très important, et que je n'ai pas encore visitée non plus, mais je vais me rattraper. Je signale au passage que Mme Baffier avait signé un ouvrage complet consacré au Châtelperronien dans la collection Histoire de la France préhistorique, aux éditions de la maison des roches (actuellement épuisé).

*Le châtelperronien est une culture de transition vers le paléolithique récent (ou supérieur), jadis attribuée à l'homme moderne, désormais attribuée à certains des derniers représentants des néandertaliens. Son caractère original (par rapport à l'idée d'une acculturation) fait encore débat**. Cette culture est très importante parce qu'elle montre que les Néandertaliens avaient, avant leur "disparition", entamé eux aussi le voyage vers le paléolithique "supérieur", avec éléments de parure et outillage en os.

** A propos d'acculturation, je suis certain que nous ne sommes pas encore au bout de nos surprise. En admettant qu'il y ait eu acculturation, dans la mesure où des rencontres hommes anatomiquement modernes/Néandertaliens ont bien eu lieu, je serais curieux de savoir si des acculturations ne se seraient pas produites dans les deux sens...

5 commentaires:

Luc Allemand, La Recherche a dit…

Tout à fait d'accord à propos du film de Herzog, et de l'apport de la 3D. Toute la partie finale, avec de simples plans des différents panneaux, je pourrais visionner ça en boucle (quand j'aurai une TV 3D)!

A propos d'Arcy et de Chatelperronien, je dirais que c'est la grotte du Renne, pas la Grande grotte. Et comme la grotte du Renne a été occupée aussi par des aurignaciens, il y a beaucoup de controverses. La grande grotte contient en revanche de superbes peintures (étudiées par D. Baffier), recouvertes de calcite et pas toujours très visibles.

Luc

F.R. a dit…

Trop trop classe ce cheval du Pech Merle!!

Tinky a dit…

Quand on est borgne, ce qui est mon cas, la 3D, ça ne sert à rien qu'à prendre une grosse migraine au cinéma, car on voit, quoi qu'on fasse, l'image dédoublée -le trait moins net, comme redoublé, flou, donc- et s'il existe un jour une édition DVD simple, ça m'ira très bien... Depuis cette rontondju de 3D, je ne vais plus au cinéma !!! Moi qui adorais ça ! D'ailleurs, cette 3D pose souvent souci, car elle révèle souvent des visions différentes des deux yeux, et nombre de gens en souffrent plus qu'autre chose, lunettes adaptées ou pas, le cerveau ne suit pas et la stéréoscopie ne se fait pas, a fortiori dans un cas extrême comme le mien. Ça me fait bien râler, d'ailleurs, car le film doit être magnifique ! Et quand on porte déjà des lunettes, en poser d'autres sur son pif par-dessus celles qu'on a déjà, ça tue tout le plaisir !
Mais bon...
Bonjour à tous, à part ça !
Amicalement,
Tinky :-D

Emmanuel a dit…

Hello à tous
Tinky, rassure-toi : sur Paris, par exemple, le film ne passe en 3D que dans la moitié des salles où il est projeté, seulement (voire moins). On peut donc le voir en mode normal aussi.
Pour le reste, je suis d'accord avec toi sur la 3D, c'est d'ailleurs pour ça que La Grotte... est le 1er film que je vais voir comme ça.

Tinky a dit…

A part ça, ton cheval du Pech-Merle, que j'ai eu l'heur de voir en vrai aux côtés de Mimi lors de la visite de la grotte est absolument charmant !
Bises !
Tinky :-D